Qui sommes nous ?

Programmation 2017

Vers une dixième édition d’un festival approuvé, responsable et ouvert…

Le festival vient tout juste de replier son chapiteau, la place retrouve sa quiétude touristique avec des gens et des bus qui transitent par un caquetoire ensoleillé mais plus serein. Tous ces gens  se croisent désormais sans savoir que quelques jours auparavant, on a vu des groupes arriver par dizaines, tous volontaires pour les sourires, rires et applaudissements, des vrais, ceux qui brûlent les mains.

On a eu chaud et l’ombre était rare, mais c’est sous une brumisation  artisanale d’eau diluée avec de l’huile essentielle que le public a pu assister aux représentations.

Il y a toujours, la veille du festival, une proposition artistique qui se joue à la maison de retraite de Cour Cheverny. Un trapèze, une artiste et des gamins apprentis clowns du centre de loisirs de Contres et de Cour-Cheverny qui passent l’après-midi avec les résidents. Un « off » généreux que ne manque jamais ce public attachant. Puis, l’inauguration,  un tremplin pour de jeunes artistes et cela s’engage ensuite sur une succession intense et originale de programmes burlesques, musicaux, circassiens qui contentent tous les esprits. Un thème implicite reprend des grands titres classiques : Les Misérables, Carmen, Don Quichotte, enfin un final révolutionnaire « le cuirassé Potemkine ». Des marionnettes à taille humaine, « L’homme fort » qu’il faut manipuler d’un échafaudage, du spectacle d’objet plus minimaliste que l’on découvre sous chapiteau, enfin de la musique sud-américaine à faire vibrer le parquet un samedi soir.

Et tout cela avec la même vigueur, les applaudissements fournis qui répondent à l’engagement des artistes, enfin, ce flot de bénévoles au service de la manifestation.

On ne s’attardera pas sur la cantine du festival que Carole sait partager avec des saveurs toujours renouvelées pour faire voyager les papilles. On voit aussi cette longue table de vin d’honneur que nos vignerons animent. Et nos associations qui font le maximum pour servir toute cette marée humaine.

On notera un public beaucoup plus nombreux (plus de 1 000 personnes par jour), des habitués (qui attendent déjà l’an prochain), des bénévoles (70 caqueteurs et caqueteuses très sollicités), plus d’artistes (15 représentations), plus d’exposants (10 métiers différents), enfin, un village qui livre une partie de ses secrets.

La démarche éco-responsable engagée en partenariat avec la Région Centre Val de Loire, formalisée par la signature de la charte éco-manifestation, a permis de sensibiliser le grand public aux gestes respectueux de l’environnement et de diffuser les bonnes pratiques en impliquant l’ensemble des acteurs culturels et les partenaires.

Un festival participatif

Pour la dixième édition, nous tenterons trois approches :

–           la première est naturellement artistique et garantit la même qualité de spectacles avec une programmation participative puisque  choisie par le public

–           la deuxième est pragmatique avec une logistique adaptée à tous les terrains et aux humeurs du ciel

Nous continuerons ainsi, à investir, le temps du festival, dans un chapiteau, symbole de fête, de partage et d’animation avec l’idée que cette installation ravivera les fêtes d’antan qui réunissait le village et ses alentours.

–           la troisième approche est éthique : poursuivre l’engagement vers une démarche éco-responsable en impliquant plus largement le public. Après avoir obtenu le prix de la biodiversité  et sa labellisation en éco-festival, en 2014  et en  2016  avec Agglopolys, la commune s’est engagée dans une démarche « Zéro pesticide » et souhaite y associer festivaliers et villageois.

C’est autour de ces trois engagements que nous souhaitons concevoir une animation un peu différente dans sa forme, son contexte, mais toujours fidèle aux valeurs de partage et de générosité qui nous habitent.

Nous reconduirons la formidable participation de nos artisans et des ateliers de sensibilisation au respect de l’environnement qui invitent le public à réfléchir sur les gestes simples susceptibles d’améliorer le quotidien de demain.

Notre civilisation est particulière, ses repères sont bousculés, mais elle est riche et aime s’amuser en appréciant de beaux spectacles qui rassemblent, qui se jouent sur la place publique et incarnent ce que l’on appelle « spectacle vivant » comme s’il existait un spectacle mort. On perçoit, plus que jamais, cette envie de collectif et l’idée qu’on est beaucoup mieux ensemble qu’isolé.

Dans notre commune, on cultive ces bons moments, on en mesure directement le retour à la chaleur des spectateurs. Merci à tous les artistes qui réinventent chaque année de belles propositions, merci aux bénévoles qui s’engagent pour faire aboutir ce beau projet, merci aux sponsors qui nous accompagnent et sans lesquels la programmation serait plus modeste, enfin merci à ce merveilleux public qui a pleinement pris la mesure de l’événement.

Cheverny est un village vraiment formidable, il illustre de belles valeurs collectives qui ont déserté beaucoup trop d’espace. Nous poursuivrons, avec l’équipe municipale, aussi longtemps que possible et avec la même qualité, ce magnifique festival.

Ne mesurez-vous pas les mêmes artifices qui ont fait vibrer nos communes il y a peu, avec, en complément, la démesure de toutes ces troupes, les touristes, les autochtones, les voisins, les centres aérés, maisons de retraite, enfin tout ce qui constitue notre patrimoine humain solidaire ?

La dixième saison de « l’Echo du Caquetoire »  festival des arts de la rue de Cheverny mise sur une appropriation collective de l’espace afin de lever les invisibles frontières que dessine le quotidien. Et puis, une décennie, n’est-ce pas le marqueur d’une dynamique prometteuse ?

Nous espérons que vous partagerez cette dynamique avec la même intensité que celle que nous avons mise en œuvre pour vous la présenter.

Lionella Gallard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *